Interview Paul : Apprenti Jailbreaker "un truc à faire absolument une fois dans sa vie et je suis fier de l’avoir accompli" - Français Londres Français Royaume-Uni | Français Londres Français Royaume-Uni

Interview Paul : Apprenti Jailbreaker “un truc à faire absolument une fois dans sa vie et je suis fier de l’avoir accompli”

March 10, 2015

1)   Qui es-tu ?

Je m’appelle Paul, j’ai 20 ans et je suis actuellement étudiant à l’université de Surrey en Angleterre en Economie et Finance.

2)   Qu’est ce qui t’as motivé à quitter la France pour l’Angleterre ?

J’ai quitté la France afin d’éviter d’avoir à passer par une classe préparatoire pour intégrer une grande école, en effet après une licence en Angleterre il est plus facile de rentrer dans une grande école. Enfin le fait de ne pas avoir à suivre un tronc commun et le nombre d’heures de cours plus faible m’ont définitivement convaincu de partir. En première année je n’avais que 10 à 12h de cours par semaine et je pouvais travailler à coté des études afin de toucher un salaire.

 3)   Explique nous ce qu’est l’expérience Jailbreak

L’expérience Jailbreak est un évènement lancé par une association renommée  mondialement dont je suis membre et qui s’appelle Enactus. On peut résumer l’idée en expliquant que le but est de partir d’un point A (Surrey pour moi) en allant le plus loin possible en 72h sans argent, juste en demandant de l’aide aux personnes que l’on rencontre et en récoltant des dons ou en se faisant sponsoriser par des entreprises, amis ou de la famille en fonction du nombre de km parcourus (10€ pour 100km par exemple). En revanche il faut faire attention car nous devons payer notre billet retour.

4)   Où peut-on la vivre ?

Jailbreak n’est pour l’instant qu’en Angleterre mais surement très prochainement dans le reste de l’Europe et du monde. L’expérience reste Anglaise puisqu’elle a démarrée à Cambridge.

5)   L’expérience est-elle un succès ?

On peut la qualifier comme ça dans mon école par exemple 25 équipes ont participé cette année, 50 équipes à Exeter et 130 à Cambridge. Mais il faut dire que souvent le nombre de partants est inférieur au nombre de partants parce que beaucoup se découragent au dernier moment. 

6)   Résume nous ton trajet et tes étapes 

J’étais en équipe avec un ami français et un ami Anglais. Je suis parti de Gilford, je suis allé à Douvres pour prendre le ferry et j’ai trouvé rapidement à l’inverse d’autres équipes malheureuses qui ont attendu plus de 10 heures de trouver une voiture. Dans le ferry nous avons demander à tous les passagers quelle était leur destination en leur expliquant notre projet en cherchant celui qui allait le plus loin. Celui qui pouvait nous emmener le plus loin, nous a emmené à Bruxelles. Nous avons réussi à nous loger là bas en négociant avec le réceptionniste d’un hôtel une chambre pour 3 au prix d’une chambre simple (55€), il a accepté en spécifiant que nous devions partir à 6h du matin avant que son patron ne se rende compte de la supercherie.

Par la suite, nous avons rejoint  Liège, puis Cologne, Francfort avant de finalement terminer à Stuttgart (Un taxi nous a conduit sur 200km gratuitement). Il nous rester encore du temps à ce moment mais nous avons préféré rester à Stuttgart afin de récolter le maximum d’argent. Au final nous avons parcouru près de 580 miles (1000km) à vol d’oiseau.

7)   Quelles ont été tes « galères » ?

Nos plus grands soucis ont été liés à la fatigue essentiellement mais aussi à la barrière de la langue, en effet en Allemagne, il était difficile pour nous d’expliquer le projet rapidement et plus cela prenait de temps plus les gens se résigner à nous aider. Enfin on n’est jamais à l’abri d’un imprévu météorologique ou de tomber sur un fou. Il faut donc surtout rester prudent. Aussi, très souvent on nous prenait en stops que pour des cours trajets qui ne nous faisaient pas beaucoup avancer (20km).

8)   Quels stratagèmes avez-vous utilisé pour vous déplacer et pour récolter des dons ?

 Pour récolter de l’argent, nous avons demandé à un ami de jouer de la guitare et de chanter à Stuttgart et nous dansions à coté tout en expliquant le concept. Cela à plutôt bien marcher puisque nous avons récolté près de 350€ sans compter les sponsors.

9)       3 choses qui t’ont marquées

Lorsqu’on est arrivés en Belgique, alors qu’on cherchait un véhicule nous avons dit à un monsieur que c’était l’anniversaire d’un des membres de mon équipe et plutôt que de nous prendre en stop, il nous a donné de l’argent pour que l’on ailler fêter ça autour de pintes dans un bar. Un néerlandais qui nous a pris en stop a également accepté de faire un détour énorme afin de nous emmener à bon port et nous a également offert un repas de fou alors qu’on était en route. Enfin un groupe de filles nous a pris dans leur Twingo alors que nous commencions à avoir froid et nous étions tous les trois à l’arrière complètement compressés. 

10)   La referais-tu ? Pourquoi ?

Je ne pense pas, cela reste très fatiguant et vous êtes continuellement en stress pendant 3 jours. Cependant cela reste un truc à faire absolument une fois dans sa vie et je suis fier de l’avoir accompli.

11)   Et les autres équipes dans tout ça ?

Nous avons terminé 2ème sur 20, l’équipe qui a terminée première a été jusqu’à Bordeaux et d’autres filles qui ont elles récoltées un maximum d’argent se sont rendues jusqu’à Lanzarote aux Canaries. (NDLR : Pour l’anecdote, l’année dernière des étudiants de Cambridge ont réussi à se faire payer des billets pour aller jusqu’à Singapour)

Merci Paul d’avoir répondu à nos questions et encore Bravo à toi !

 

Tags: , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *